Smartphone France Application Smartphone France pour Windows
Bienvenue sur Smartphone France Windows Edition
Actuellement, 179 visiteurs en ligne
Vous utilisez un bloqueur de publicités ? Félicitations :)
Test de Flux Challenge par SilverSmarty sur C500

A l'heure où les jeux reprenant Arkanoïd sur Smartphone se font légion, PDAMill nous propose ici un titre réellement novateur. avec des graphismes attirant, des circuits en 3D et un rendu impressionnant, l'éditeur nous en mets plein les mirettes... voyons voir tout de suite de quoi il retourne.

Installation classique, malgré une taille sur le disque de 3.23 Mo. J'ai personnellement préféré l'installer sur ma MiniSD, comme tous mes autres jeux, au risque de ralentir le jeu. Et dès le lancement, affichage des logos, hop ! un menu tout bleu, fort en graphisme et déjà en trois dimensions. Ca rappelle un peu les premiers jeux de rallye automobile sur PC, avec ces icônes en 3D qui tournent doucement sur elles-mêmes... Et la fluidité des menus est absolument remarquable. Une navigation facile avec le pad : haut/bas pour surligner, gauche pour annuler le choix précédent et droite pour valider le choix en cours. Des menus soignés, donc, et qui annoncent d'emblée la couleur : Flux Challenge utilise toutes les capacités de nos Smartphones t ça fait plaisir à voir. C'est vrai que le solitaire, c'est sympa, mais question sollicitation du processeur, c'est pas le top. Alors lançons tout de suite une course pour calmer notre impatiente...

Mode practice, les courses s'affichent, et là : hop ! des circuits en 3D ! Même principe, rotation lente pour avoir le temps de bien visualiser le circuit, les embranchements, les directions à prendre (certaines portions sont plus courtes que d'autres), et retenir le circuit permet d'anticiper pendant la course car malheureusement, petitesse de l'écran oblige, la carte du circuit ne s'affiche pas pendant la course. Nous disions donc choix du circuit (parmi ceux déverrouillés), puis choix du vaisseau (même principe) avec affichage des capacités de ces derniers, un temps de chargement que j'ai trouvé relativement court, et entrée des gladiateurs dans l'arène : en attendant le départ, la caméra se ballade autour de votre vaisseau lentement, pour vous donner le temps d'apprécier la beauté de votre monture et les noms des différents candidats. Pour les plus assoiffés d'entre vous, appui sur une touche et direction la course sans détours.

Vue de votre vaisseau par derrière ou vue du capot (paramétrable dans les options), vous démarrez alors la course, après les traditionnels feux rouge, orange et verts. et là, le jeu s'offre à vous. Même si la navigation dans un tube peut vous sembler être aussi dangereux que de laisser les clefs de votre Scénic tout neuf à votre petite sœur de 18 ans et 1 jour, les plus claustrophobes s'en remettrons en voyant que le tube est quand même assez large, sauf dans les virages. Evidement, le but est de finir la course le plus vite possible. Et c'est là que ça se corse, comme disent les basques. Votre vaisseau est (heureusement) indestructible, mais frotter un mur vous ralenti et le parcours est parsemé d'embuches. Pour faciliter la chose, ces objets qui parsèment le parcours ont eu le bon goût de se colorer de façon agréable : vert: bien, rouge : pas bien, rayé jaune et noir : ça va faire mal. C'est à dire que les barres rouges vous freinent si vous passez dedans, les vertes vous accélèrent et les jaunes et noires vous stoppent. Et la difficulté grandit lorsque ces barres se mettent à tourner en travers du tube à la manière d'un ventilateur... Vous comprenez pourquoi le chemin le plus rapide pour boucler le circuit n'est pas forcément le plus court... D'où l'intérêt de s'entraîner sur les circuits avant de se lancer dans le mode Carrière.

C'est d'ailleurs un mode très intéressant puisque c'est celui qui vous permet de débloquer les circuits. Le principe est on ne peut plus simple: vous disposez d'une somme d'argent initiale, 0 dollar, d'un premier vaisseau: le plus lent, et d'un circuit, le plus facile. S'inscrire à une course vous coûte de l'argent, et la location du vaisseau également. Évidemment, les courses les plus dures sont les plus chères, ainsi que les meilleurs vaisseaux. Vous n'avez donc pas accès tout de suite aux gros calibres, mais vous devez faire vos preuves. Chaque course gagnée vous rapporte de l'argent, vous êtes remboursé de vos frais si vous arrivez deuxième, et de la moitiée si vous arrivez troisième. Mais si vous louez le meilleur vaisseau pour une course qui ne rapporte pas, vous pouvez gagner la course mais perdre de l'argent. D'où l'intérêt de bien gérer son argent, soit à la manière de l'ami l'écureuil, soit tel James Bond dans le casino du pote Albert du rocher... C'est "vous qui voyez". En tout état de cause, les vaisseaux loués et les courses gagnées dans ce mode seront disponibles dans les autres modes, practice ou time trial. Donc en fait, vous pouvez claquer vos louis d'or dans une course facile et dans le meilleur vaisseau pour l'avoir en mode practice, et tant pis pour l'écureuil... Pas si facile de gérer son argent, je vous dit !

Concernant les options, on peut changer les touches de contrôle du vaisseau, très pratique, la qualité des graphismes (aucun problème quand tout est 28 max avec un C500) et quelques autres trucs comme le point de vue en course.

Au final, PDAMill nous sert un jeu très bien réalisé, au dessin bien fait et pourvu d'une fluidité exemplaire. On regrette de ne pas avoir de circuit "ouvert" dans un vrai décor, matérialisé par des anneaux pour donner une impression d'espace, et l'absence de volant à retour de force avec prise mini USB... Un jeu à recommander, d'autant plus qu'une version de démonstration est disponible.

Site de son éditeur